mardi 2 décembre 2008

la numéro un

Les commentateurs sportifs francophones sont connus pour leurs multiples entorses à la langue française. Parfois, ils vont jusqu'à en déchirer les ligaments, comme dans l'expression "la numéro un mondiale" (sic).

Créée en France pour la joueuse de tennis Amélie Moresmo, cette expression fautive est maintenant appliquée sans relâche à toute championne du monde. Elle se décline à des échelons inférieurs ["la numéro un française", "la numéro un de notre club"] et dans d'autres secteurs que le sport [telle entreprise est "la numéro un mondiale"].

Cette coutume nouvelle viole une règle élémentaire de notre langue : un mot féminin doit avoir un article féminin [la femme et non le femme], un mot masculin exige un article masculin. Sans exception aucune.

Numéro
étant un mot masculin, nulle ne saurait être "une numéro" (sic). Pas même "une numéro mondial". Moins encore "une numéro mondiale"... puisqu'une seconde règle est ici violée : l'obligation d'accorder le substantif [un numéro] et son qualificatif [mondiale] !

Les observateurs de la Mission linguistique francophone constatent que cette faute échappe à la vigilance des rédacteurs en chef des grands supports de presse. À tel point que Le Monde 2 [26.01.2008, pp 34 et 35] ait pu imprimer ceci, en gros caractères : "Claire Leroy, barreuse cérébrale (détrône) la numéro un mondiale". Si la championne est cérébrale, la correctrice, elle, est distraite...

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE , CLIQUEZ ICI