jeudi 27 août 2009

taxer de

Accuser ou soupçonner quelqu'un d'une erreur, d'une faiblesse ou d'un défaut. Tel est le seul sens de la locution "taxer de". Cette signification échappe manifestement aux rédacteurs et orateurs professionnels qui emploient "taxé de" suivi d'un adjectif au lieu d'un substantif ("elle est taxée de laxiste" au lieu de "elle est taxée de laxisme"). Sans doute confondent-ils taxer de [+ susbstantif] et traiter de [+ adjectif].

Il convient de taxer ces orateurs ou rédacteurs professionnels d'incompétence ou d'approximation, et non de les "taxer d'incompétents" (sic)... ni de les traiter d'ânes bâtés. Bien sûr, il convient surtout de ne pas les imiter. Sous peine d'être taxés de suivisme et d'inculture.

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE , CLIQUEZ ICI

lundi 17 août 2009

relation client et taxe carbone


Un directeur commercial dont nous tairons charitablement le nom se plaît à disserter sur "La relation client et la connaissance client".
Cette vogue sans doute irréversible de l'expression "relation client" (et tous ses dérivés) consterne les gens qui sont passés par l'école maternelle, le collège puis le lycée, sans aller ensuite se fourvoyer dans une école de commerce, où l'on désapprend, point par point, et avec beaucoup de détermination semble-t-il, les fondements de la langue française.
Le jour où tout le monde accolera ainsi les mots à la façon des "relation client" et "taxe carbone", c'est-à-dire sans lien syntaxique, on verra éclore des "robes mariée" [robes de mariée], "jardins plantes" [jardins botaniques, jardins des plantes], "chefs service" [chefs de service], "directeurs argent" [directeurs financiers], etc. On en frétille d'impatience.

jeudi 13 août 2009

bientraitance


La Mission linguistique francophone constate l'expansion du néologisme bientraitance, employé dans l'univers de l'action sanitaire et sociale comme antonyme de maltraitance.
Cette création peut incommoder par son parfum technocratique ou surprendre par sa nouveauté, mais elle est irréprochable sur le plan étymologique et sémantique. Autrement dit, elle est bien construite et son sens n'est ni incohérent ni obscur. Maltraitance et bientraitance s'inscrivent dans la lignée de bienfaisance et malfaisance. Faire le bien et faire le mal ; traiter bien et traiter mal.
Pour confirmer sa légitimité, il reste aux francophones à assurer la vitalité de ce terme dans notre langue, en veillant à ce que son emploi ne soit pas à la fois accaparé et restreint par le secteur sanitaire et social, comme l'est depuis quelques années l'adjectif durable par le discours environnemental.

POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE , CLIQUEZ ICI

vendredi 7 août 2009

le cdt cordial



En français les trois lettres Cdt sont l'abréviation du mot Commandant. Ou - tout en capitales : CDT - le sigle des comités départementaux du tourisme.

Il existe pourtant des correspondants par voie de courriels, nullement titulaires du grade de commandant, qui vous terminent leurs messages par les trois lettres "cdt". En réalité, ils ignorent les usages protocolaires de base et entendent par là vous saluer cordialement. Mais ils pourraient aussi bien vous tirer la langue ou vous faire un bras d'honneur. Car si l'on n'est pas cordial au point de prendre la peine d'écrire en toutes lettres une formule de politesse déjà concise à l'extrême, alors on ne l'est pas du tout.


POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE , CLIQUEZ ICI