mercredi 16 mars 2011

bonnet d'âne et "ferme célébrités"

Cette accorte chanteuse de variété arborant de gigantesques boucles d'oreille est là pour rappeler aux dirigeants de la chaîne de télévision TF1 que le complément de nom ne peut pas se construire en français par simple juxtaposition, comme il peut l'être en anglais. L'anglais earrings (littéralement oreilleanneaux, donc anneaux d'oreille) ne désigne pas en français des "boucle oreilles" mais des boucles d'oreilles. Et une "Ferme célébrités" [titre d'une émission de TF1], c'est quoi ? Un élevage d'ânes ?

Non. C'est le fruit d'un lancinant travail de sape de la langue effectué par des dirigeants surpayés - si toutefois la maîtrise de leur propre langue reste un critère d'appréciation minimal de leur compétence et donc de leur rémunération - aux commandes d'un des plus puissants médias de la Francophonie.

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE [MLF]

vendredi 11 mars 2011

jusqu'à l'assassin

Un Directeur de la Police judiciaire française a déclaré à la télévision de son pays : "nous sommes remontés sur l'assassin" (sic).

Les ravages causés par l'abus de la préposition sur à la place de presque toutes les autres prépositions ("sur Bruxelles" au lieu de "à Bruxelles" ; "sur l'île" au lieu de "dans l'île" ; "là vous êtes sur un Modigliani" au lieu de "vous avez devant vous un Modigliani", etc) s'étendent donc sans répit.

Aujourd'hui, un haut fonctionnaire de police, membre de l'élite intellectuelle donc, et francophone de naissance, ne dit plus que son enquête lui a permis de remonter jusqu'à l'assassin, mais qu'elle lui a permis de remonter sur l'assassin. Ainsi la pauvreté du vocabulaire devient-elle misère. Et ainsi le divorce semble-t-il entièrement consommé entre une langue et ses plus fins esprits.






POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE, CLIQUEZ ICI