dimanche 26 mars 2017

les mal logés et leur logement désolant

À l'heure où la difficulté de se loger dignement atteint un degré critique pour une frange toujours plus large de la population mondiale, le débat francophone sur les mal logés dérive vers un débat sur le mal-logement (sic). Le fléau se double alors d'une maladresse.

L'invention du terme mal-logement reflète une très mauvaise maîtrise des mécanismes de la langue française, qu'il s'agisse de syntaxe, de sémantique ou d'orthographe.

Sur le plan orthographique, le trait d'union est injustifié : en français, le manque d'adresse est maladresse et non "mal-adresse" ; le contraire de la bienveillance est la malveillance et non la "mal-veillance" ; une denrée putride est malodorante et non "mal-odorante" ; etc. Pour ne pas contredire les règles orthographiques du français, il faudrait donc écrire ainsi ce néologisme : mallogement.

Or, cette orthographe met en lumière la malformation (et non la "mal-formation") du terme, et son inadéquation à la langue française. En effet, le français rejette - sous le nom d'haplologie - l'ajout à notre vocabulaire de groupes de mots soudés (on dit aussi "lexicalisés") présentant un tel redoublement entre la terminaison de l'un et le début de l'autre. Pour éviter spontanément de telles lexicalisations entachées d'haplologie, le français a notamment forgé le mot tragicomique au lieu de "tragico-comique" ; et a transformé le nom propre Clermont-Montferrand en Clermont-Ferrand.

Si l'on contourne cette objection en considérant qu'il n'y a pas effectivement de lexicalisation de la notion de "mal logement", c'est-à-dire qu'elle ne donne pas naissance à un mot mal formé mais reste simplement employée en tant que groupe de deux mots, alors c'est la syntaxe de cet assemblage de mots qui est défectueuse. En effet, un adverbe (en l'occurrence l'adverbe mal) ne peut pas qualifier un nom commun ! Un adverbe ne peut qualifier qu'un verbe. Logé, venu, appris, veillant et odorant sont des verbes conjugués ; c'est pourquoi mal logé, malvenu, malappris, malveillant et malodorant sont correctement formés. ''Logement'' n'est pas un verbe et ne peut donc pas être qualifié par l'adverbe ''mal'' ; c'est pourquoi mallogement et mal-logement sont des néologismes aussi navrants, infantiles et mal bâtis que le seraient les termes "bientrain" ou "bien-train" pour désigner des conditions de transport ferroviaire confortables et dignes.

Sur le plan terminologique, bien qu'entérinée inconsidérément par le dictionnaire Robert [à partir de 2006] et reprise par une foule d'orateurs publics, la locution "mal logement" (sic) promue par la Fondation Abbé Pierre est donc malencontreuse, et ses lexicalisations mal-logement ou mallogement sont plus défectueuses encore. La recherche d'un terme adapté reste ouverte. À supposer qu'un néologisme soit nécessaire, et que le français doive absolument être transformé en langue agglutinante. À supposer, donc, que le couple adjectif + substantif sur lequel se fonde la langue française ne fournisse pas d'abondantes solutions aux âmes de bonne volonté pour désigner ce qu'elles combattent ici : mauvais logement, piètre logement, logement indigne, logement misérable, habitat désolant ou désolé (comme on parle d'une ''terre désolée''), habitat dégradant ou dégradé, etc.

Iconographie : Image de couple mal logé publiée avec l'aimable autorisation de la Fondation Abbé Pierre

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU SITE DE LA MISSION LINGUISTIQUE FRANCOPHONE [M•L•F•]

Aucun commentaire: