mercredi 6 mai 2009

subjonctifs imparfaits

L'imparfait du subjonctif [...si j'avais un tel nez, Il faudrait sur- le-champ que je me l'amputasse !] a fini par prêter à sourire.

Aujourd'hui, c'est le présent du subjonctif qui prête à rire jaune, par sa disparition dans la bouche de nombreux journalistes de la presse parlée - chaînes et stations de l'audiovisuel public comprises. Une phrase comme "Il est probable que le Président vient ce soir" n'alarme ni le journaliste qui l'a écrite ni celui qui la prononce à l'antenne, d'heure en heure, ni son ingénieur du son, ni le réalisateur du journal d'information ni son rédacteur-en-chef.

Elle alarme pourtant les francophones qui n'ignorent pas que leur langue exige ici, soit un futur de l'indicatif ["il est probable qu'il viendra"], soit un présent du subjonctif ["il est probable qu'il vienne"]. La première solution est plus affirmative, la seconde plus dubitative. Toute autre solution est fautive.


POUR ACCEDER A LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE , CLIQUEZ ICI

Aucun commentaire: